A quoi sert le conseil de discipline ?

Le conseil de discipline émane de la commission administrative paritaire. Il est présidé par un juge administratif et saisi par l'autorité territoriale pour donner son avis sur les fautes commises par les fonctionnaires titulaires et stagiaires, ainsi que sur l'insuffisance professionnelle lorsqu'elle donne lieu à licenciement (fonctionnaires titulaires uniquement). Seuls les agents des collectivités affiliées sont concernés par cette instance.

information juridique

les sanctions disciplinaires

les sanctions disciplinaires sont énoncées à l'article 89 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984.

Seules les sanctions relevant des 2eme, 3eme et 4eme groupe supposent l'avis du Conseil de disicpline.

Elles se répartissent en 4 groupes :
 

  1. er groupe :
    l'avertissement
    le blâme
    l'exclusion temporaire de fonctions pour une durée maximale de 3 jours.
  2. ème groupe
    l'abaissement d'échelon
    l'exclusion temporaire de fonctions pour une durée de 4 à 15 jours.
  3. ème groupe :
    la rétrogradation
    l'exclusion temporaire de fonctions pour une durée de 16 jours à 2 ans.
  4. ème groupe:
    la mise à la retraite d'office
    la révocation.

Les sanctions sont soumises à des règles d'inscription au dossier et peuvent dans certains cas être assorties d'un sursis (voir article 89 de la loi n°84-53 du 26 janvier 1984 et décret n°89-677 du 18 septembre 1989 relatif à la procédure disciplinaire applicable aux fonctionnaires territoriaux).
Il n'existe pas de "tableau de correspondance" entre les fautes et les sanctions, à l'instar du code pénal, par exemple.

L'autorité territoriale est donc seule compétente pour apprécier le caractère fautif des faits, ainsi que le degré de gravité des fautes, et décider si le comportement de l'agent est sujet ou non à une sanction disciplinaire.Cependant, malgré le fait qu'il n'existe pas d'indicateur de proportionnalité entre une faute et une sanction disciplinaire, il apparait néanmoins opportun d'observer strictement le respect du principe d'équité entre la faute et la sanction choisie.

 

Le Conseil d'Etat a considéré que la rétrogradation ne peut être prononcée que dans un gradeinfo-icon permettant l'accès par voie d'avancement au grade détenu par l'agent. Ainsi la rétrogradation d'un directeur territorial au grade d'attaché territorial est illégale.
CE, 23 novembre 1984, commune d'Ambierlé c/ M. Pérard

Des faits commis en dehors du service peuvent justifier une sanction disciplinaire. Ainsi, la révocation d'un fonctionnaire ayant obtenu frauduleusement une autorisation gratuite de circulation à l'aide de documents falsifiés est régulière .
CE, 12 juin 1998, Rochefort

mode de composition du conseil de discipline

Présidence du Conseil

La présidence du conseil de discipline est assurée, conformément à l’article 31 de la loi du 26 janvier 1984, par un magistrat de la juridiction administrative en activité ou honoraire, désigné par le Président du tribunal administratif.

Une formation paritaire

Le conseil de discipline est une émanation de la Commission Administrative Paritaire dont relève le fonctionnaire poursuivi.
Il est donc placé, selon que la collectivité est ou non affiliée à un centre de gestion, soit directement auprès de la collectivité non affiliée, soit auprès du centre de gestion.
Le conseil de discipline comprend, en nombre égal, des représentants du personnel appartenant au même groupe hiérarchique que l’intéressé et au groupe hiérarchique supérieur et des représentants des collectivités territoriales désignés par tirage au sort par le président du Conseil de discipline.

Suivre l'actualité

  • Actualité juridique et statutaire

    Harcèlement moral ou sexuel : un guide à destination des employeurs publics

    Références : La loi n°2012-594 du 6 août 2012 relative au harcèlement sexuel a rétabli le délit de harcèlement sexuel,  elle clarifie sa définition, aggrave et...
  • Actualité juridique et statutaire

    Dates butoirs de déclaration à la HATVP

    Déclaration de situation patrimoniale et d’intérêts