La démarche pour rechercher un emploi

LA DéMARCHE DE RECHERCHE D’EMPLOI

Il ne faut jamais perdre de vue que votre recherche d’emploi doit être concomitante avec la démarche de recherche de compétences d’un employeur :

Procédure de recrutement

C’est parce qu’un employeur formalise un besoin de compétences qu’il va émettre une offre d’emploi qui vous permettra de candidater. De votre côté, la recherche d’emploi peut être schématisée ainsi :

La recherche d'un poste

Le C.V.

 

curriculum vitae

Voici les points essentiels. Votre C.V. doit :

  • tenir sur une page idéalement, voire deux,
  • être clair, lisible, précis,
  • vous représenter au mieux.

Evitez les C.V. trop originaux, parfois difficiles à lire. Vous pouvez y intégrer de la couleur mais sans excès. Evitez les « dépliants », les gestionnaires ressources humaines sont amenés à faire des copies des dossiers de candidatures et les styles originaux ne facilitent pas la reproduction.

La photo ne peut plus être demandée par un employeur. Elle peut cependant être utile car elle permet de visualiser et de se rappeler du candidat plus facilement. Si vous en mettez une, elle devra être sobre, récente et vous correspondre…

5 parties essentielles :

L’état civil

La seule obligation est d’indiquer vos prénom, nom, adresse et téléphone, mail.

Il n’y a ni règle, ni usage, en ce qui concerne la situation familiale, l’âge et la nationalité.

Il est cependant intéressant pour le recruteur de connaître votre âge (évitez-lui de faire les calculs avec la date de naissance).

Concernant la nationalité, il est préférable de la mettre car les candidats qui ne sont pas de l'union européenne ne peuvent postuler dans la fonction publique.

La fonction (l’accroche)

Cette rubrique, non obligatoire, est extrêmement importante.

Elle est le petit plus qui permettra au candidat de résumer ses atouts et permettra au recruteur une identification simple et efficace des candidatures par rapport au profil recherché.

Elle ne doit pas être longue, peut se résumer en un titre ou être légèrement plus détaillée.

Evitez dans la mesure du possible la reprise de la fonction de l’offre d’emploi.

Vous pouvez, en sus, afficher ici votre situation statutaire (titulaire, lauréat de concours, travailleur handicapé), ce qui ne vous dispensera pas de transmettre votre dernier arrêté de situation.

Travailleur handicapé :

L’affichage de la Reconnaissance en Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) est une vraie question. Idéalement, nous aimerions affirmer qu’il faut le préciser sans hésiter : le handicap n’est pas un frein. Dans la pratique, la réponse n’est pas aussi radicale.

Les éléments clés, que nous sommes en mesure d’affirmer, sont qu’une personne ayant une RQTH doit postuler si :

  • elle dispose des compétences et expériences demandées,
  • ses contraintes physiques sont compatibles avec l’exercice des activités ou si un aménagement de poste permet de les compenser.

Une personne en situation de handicap peut accéder à un poste sans concours via le recrutement dérogatoire (Cf handicap et concours….). Par contre, une personne titularisée sur un poste ne peut faire valoir une RQTH afin de changer de grade.

Les employeurs publics peuvent solliciter des aides financières du FIPHFP et d’un accompagnement de la référente handicap du Cdg44 afin de monter un dossier d’aménagement de poste.

Les compétences

Chacune des vos expériences professionnelles (et parfois extraprofessionnelles) vous ont conduit à développer des compétences (des savoir-faire). L’objectif d’un C.V. est de formaliser vos savoir-faire afin de permettre à un recruteur d’y retrouver les compétences recherchées pour occuper un poste. Il s’agit donc de lister vos compétences, en les déconnectant de vos expériences afin de les présenter sous une forme « générique ». Par exemple, plutôt que d’écrire, en lien direct avec une expérience professionnelle : Organisation des déplacements du responsable de service, il est possible de dire : « Gestion des agendas d’une équipe, prendre et organiser des rendez-vous ». Cette présentation, plus générale, fait appel aux mêmes savoir-faire et répond ainsi à une attente de compétences ciblées.

Nous vous invitons donc à reprendre l’intégralité de vos expériences professionnelles et lister (sans sélection) les compétences que vous avez développées. Il s’agit d’une phase préparatoire à la rédaction d’un CV que nous pouvons nommer le CV_V0.

Une fois cela fait, lorsque vous prenez connaissance d’une offre d’emploi. Il vous faut mesurer la pertinence de votre candidature : avez-vous l’essentiel des compétences et expériences attendues ? Si vous considérez que c’est le cas, il ne reste plus qu’à reprendre dans votre CV_V0, les compétences en lien direct avec celles qui sont attendues. Il est inutile de détailler des compétences non attendues. Par contre, il est essentiel de valoriser vos compétences qui correspondent aux requis pour le poste.

Le parcours professionnel

Sauf pour les débutants, cette rubrique est essentielle dans un C.V. Elle doit comporter les différents emplois occupés en apportant les précisions suivantes :

les dates d’entrée et de sortie d’une entreprise, d’une collectivité,

l’intitulé du poste (titre, service, nombre de personnes encadrées…) ; il vaut mieux préciser, à la place du grade, le métier qui est plus parlant pour le recruteur,

le nom de l’employeur,

Les diplômes et formations

Cette rubrique doit être relativement succincte et ne comprendre pour l’essentiel que des informations sur :

  • le niveau d’études et le diplôme qui valorise le plus l’objectif professionnel du candidat,
  • les formations complémentaires en rapport direct avec le même objectif.

Les stages de formation initiale ne sont plus nécessaires pour les personnes qui ont une expérience professionnelle importante.

Les stages réalisés dans le cadre de la formation continue peuvent également être indiqués.

Mieux vaut ne pas mettre les stages datant de plusieurs années, hormis pour un candidat en réorientation si ceux là ont un rapport avec le métier recherché. Cela peut prouver qu’il a déjà de l’expérience et que son choix est réfléchi.

Intérêts personnels ou informations complémentaires

C’est la partie la plus libre, complémentaire mais non obligatoire. Elle permet de présenter des activités extra-professionnelles ; c’est le moyen pour le recruteur de découvrir la personnalité du candidat, de tester son ouverture sur le monde, etc.

Il peut y être indiqué :

  • les expériences associatives, caritatives…
  • Les passions.
  • Les sports, individuels ou en équipe.

Il faut tout de même savoir évaluer l’intérêt d’une information et ne pas abuser de cette partie (« trop » d’activités ou de loisirs extraprofessionnels peuvent questionner un recruteur).

 

COMMENT RéALISER SA LETTRE DE MOTIVATION ?

La lettre de motivation est indispensable dans un dossier de candidature : elle forme un couple inséparable avec le C.V.

Certaines collectivités donnent priorité au C.V., d’autres à la lettre, il faut donc que les deux soient complémentaires.

Pour être efficace elle doit donner envie de lire le C.V.

  • Elle doit faire comprendre ce que le candidat recherche exactement et donner des arguments sur ses qualités, son savoir-faire, tout ce qui représente des atouts…
  • Elle doit également faire apparaître que le candidat a compris les besoins de la collectivité, qu’il a les qualités pour le poste visé et qu’il est motivé. C’est le candidat qui apporte ses compétences et pas le contraire.

Le fond de la lettre

Son contenu doit être :

  • Simple (structure, vocabulaire, tournures au présent ou au futur).
  • Pas trop long (concis, bref, pas de banalité, pas de redondance).
    Elle peut être rédigée sur une ou deux pages, l’essentiel étant qu’elle ait un contenu intéressant ; éviter tout de même de faire trop court, 4 lignes ne suffiraient pas.
  • Direct, percutant et optimiste (mots positifs, pas de conditionnel).
  • Homogène (paragraphes liés par des mots de liaison).
  • Dynamique (mise en page claire, organisée, ponctuation adéquate).
  • Personnel (pas de copiage), naturel et sincère.
  • Logique (le C.V. et la lettre doivent avoir une cohérence).
  • Motivé sur le choix de la collectivité.

La forme de la lettre

Il convient de soigner la présentation :

  • Il est d’usage d’utiliser une feuille de papier blanc format A4, de bonne qualité, non quadrillée.
  • Ecrire à l’encre bleue ou noire, évitez les couleurs originales.
  • Si l’offre le mentionne, elle doit être manuscrite en prenant soin de l’écriture.
  • Il faut éviter les ratures, les taches et l’utilisation de correcteur type « Blanco ».
  • Les paragraphes doivent être aérés en allant à la ligne plusieurs fois. Attention à laisser des marges suffisantes.
  • Il convient d’être très attentif à la syntaxe ainsi qu’à l’orthographe.
  • Il convient d’adapter la lettre de motivation à chaque candidature.

La lettre de motivation ne doit jamais être photocopiée et devra être différente pour chaque poste visé

Il faut toujours garder une copie de l’offre, de la lettre et du C.V. utilisé.

Lettre suite à offres d’emploi :

L’objectif est de répondre aux critères de l’annonce.

Dans les lettres de candidature, les employeurs recherchent :

  • Les points communs entre l’expérience antérieure et l’emploi offert : matériels ou techniques connus, travail en équipe ou solitaire…
  • Les raisons qu’a tel candidat de répondre à l’offre : intérêt pour le poste, attrait pour la collectivité, motivation particulière pour changer d’emploi.
  • La disponibilité du candidat.

Une lettre se construit selon le schéma suivant :

Vous (la collectivité) : le candidat doit montrer qu’il a saisi la nature du poste et du profil recherché.

Moi (le candidat) : il doit prouver qu’il est fait pour le profil recherché en donnant des exemples dans sa formation et/ou son expérience professionnelle.

Nous : le candidat doit pouvoir démontrer dans cette partie qu’il a sa place au sein de la collectivité en s’appuyant sur ce qu’il a dit dans les deux premières parties.

Lettre de motivation pour candidature spontanée :

Le candidat doit faire sa publicité et toucher le bon interlocuteur. Son message doit être clair et rapide.

La lettre doit donner à l’employeur un certain nombre d’informations sur :

  • La connaissance de la collectivité par le candidat. Evitez tout de même les phrases bateau du type « votre collectivité de 13 000 habitants… ».
  • Son utilité pour la collectivité.
  • Ses goûts, ses désirs d’évolution et les intérêts professionnels qu’il veut développer.
  • Enfin, il doit proposer une rencontre…

Si une collectivité a formalisée un besoin conduisant à un recrutement permanent, elle diffusera une offre d’emploi.

Si une collectivité a besoin, ponctuellement, d’un renfort afin d’assurer le remplacement momentané d’un fonctionnaire, elle pourra s’adresser au service missions temporaires du Cdg44, faire appel à Pole Emploi ou exploiter son vivier de candidatures spontanées.

Une candidature spontanée correspond donc à une mission ponctuelle nécessitant une disponibilité immédiate de votre part. Il est nécessaire de renouveler votre candidature régulièrement (tous les 6 mois idéalement) afin que la collectivité à qui vous l’adressez sache que vous êtes toujours disponible. Concrètement, si vous êtes en poste, le processus de candidature spontanée n’est pas pertinent. Vous n’êtes pas disponible immédiatement. Par contre, cela est une possibilité si vous êtes en disponibilité et donc réellement en mesure de répondre positivement  dans des délais brefs.

Toute la difficulté d’une candidature spontanée, si vos expériences professionnelles vous ont permis de développer différentes compétences, réside dans la présentation de vos compétences. Votre CV doit permettre à un recruteur de visualiser rapidement que vous avez les compétences pour assurer une mission ponctuelle.

A savoir…

L’envoi "massif" de lettres de candidatures spontanées est très aléatoire quant aux résultats. Il est nécessaire d'effectuer une relance si vous n'avez pas de courrier de réponse mentionnant que votre CV est conservé par l'employeur.

La gestion des candidatures spontanées semble variable selon les collectivités. En général les candidatures sont conservées 6 mois.

Sauf opportunité (réception d’une candidature lors d’un recrutement en cours) les candidatures sont essentiellement exploitées par les plus grandes collectivités pour des remplacements occasionnels.

 

photo d'entretien

L’ENTRETIEN DE RECRUTEMENT

Un entretien, c’est avant tout un dialogue, un échange

Que faire avant l’entretien ?

Bien connaître son parcours professionnel :

  • Lire son CV ne fait pas bon effet, lors d’un entretien.
  • Se plonger dans la lecture approfondie de votre CV et de votre lettre de motivation.

En effet, le recruteur se base sur ces documents et peut vous questionner sur chaque point.

 

Relire le texte de l’annonce et connaître la fonction du recruteur

S’informer sur la collectivité :

Il est nécessaire de se documenter préalablement sur la collectivité et de s’imprégner de son contexte local et de ses spécificités.

Montrer son intérêt, c’est une règle essentielle de réussite d’un entretien.

Cette étape va permettre un échange enrichissant, accrocheur et positif.

Faire son bilan personnel et professionnel

  • Ses points forts, ceux qu’il faut améliorer.
  • Penser toujours à faire concorder vos atouts avec le poste proposé et d’analyser vos faiblesses de manière positive.

Présentation physique : Soigner son apparence

Capacité d’expression : Ce qui importe ce n’est pas tant ce que vous avez fait mais plutôt la manière de l’exprimer et aussi la manière d’intégrer votre parcours au regard de votre futur environnement professionnel.

Ponctualité : Veiller à tout prévoir pour être bien à l’heure et être disponible pour rester le temps qu’il faudra.

Comportement : Montrer votre enthousiasme, votre énergie, être souriant, courtois et attentif, à travers vos propos mais surtout votre attitude générale.

Regard : Regarder votre interlocuteur dans les yeux. S’ils sont plusieurs, les regarder tour à tour, même ceux qui ne parlent pas.

Connaître son environnement : Il est bon d’employer le jargon professionnel, mais sans excès.
Connaître chaque type de collectivité, s’être intéressé aux notions générales du statut, sont des atouts majeurs pour l’entretien.

Se mettre en valeur : S’attendre à des questions claires qui nécessitent des réponses précises. Démontrer au recruteur que les initiatives déjà prises peuvent trouver une application au sein du poste proposé. Montrer à l’interlocuteur que vous allez vraiment lui apporter quelque chose, un savoir faire et que vous allez répondre à ses besoins.

Montrer son intérêt pour le poste : Réfléchir aux informations supplémentaires que vous souhaitez recueillir sur le poste, et donc aux questions que vous désirez poser au recruteur. Le fait d'interroger votre interlocuteur lui montrera votre motivation globale pour le poste et pour l'entreprise.

Prévoir les réponses aux questions : Imaginer toutes les questions qui pourront vous être posées et aussi préparer des réponses aux objections que l’on pourra vous faire.

SOIGNER SON DEPART :

Vos disponibilités : Il est important de montrer que vous ferez tout pour être disponible au plus vite. Si vous êtes déjà en poste, il est conseillé de préciser son temps de préavis.

Questions sur les salaires et les avantages : N’aborder l’aspect salaire qu’à un stade très avancé de l’entretien. En parler trop tôt, peut faire perdre à l’éventuel employeur toute envie d’en savoir plus sur vous.

Savoir conclure :

  • Résumer en 2 ou 3 phrases, ce qui s’est dit et surtout réaffirmer votre intérêt pour le poste.
  • Poser la question sur les prochaines étapes du processus de recrutement.

Finir sur une bonne impression : Remercier avec le sourire, pour l’accueil que l’on vous a réservé et le temps que l’on vous a consacré.

FAIRE LE BILAN APRES L’ENTRETIEN :

Noter vos impressions : Faire ceci le plus vite possible après l’entretien, et reprendre cela ensuite à froid pour travailler l’entretien suivant.
Pour vous améliorer au fur et à mesure des entretiens, il faut être capable de vous remettre en cause.
Noter les questions qui vous ont gêné et les réponses positives.

En cas de réponse négative, ne pas hésiter à contacter le recruteur afin qu'il puisse vous faire un retour sur les points à améliorer, dans la perspective de vos recherches futures.

Vous êtes agent de la fonction publique d’état ou hospitalière :

Le processus de recherche et de candidature est identique à ce qui vient d’être présenté à l’attention des fonctionnaires territoriaux. Le changement de fonction publique implique :

  • de trouver un employeur territorial en candidatant à une offre d’emploi et en étant sélectionné
  • d’être recruté sur un emploi et un grade équivalent à votre grille de rémunération actuelle
  • de faire une demande de détachement auprès de votre employeur. Après accord validé, vous serez dans un premier temps détaché vers la fonction publique territoriale puis (généralement un an après si vous et votre employeur le souhaitent) vous serez intégré dans la F.P.T.

 

0,7 %
des fonctionnaires (hors militaires) sont passés d’un versant à l’autre de la fonction publique en 2012.

La destination principale des agents en mobilité inter fonction publique est la FPT (pour 45,7 % d’entre eux), suivi de la FPE (30,8 %), puis de la FPH (23,5 %). Sources : direction générale de l’administration et de la fonction publique, rapport 2014.

Petits conseils :

Passer d’une fonction publique à un autre nécessite d’intégrer les spécificités de l’environnement professionnel. Le projet sera d’autant plus réaliste si vous intégrer les particularités de la FPT : organisation, structuration des entités ainsi que les notions d’autorité territoriale…

Les 5 centres de gestion de la région Pays de la Loire ont consacré la Conférence Régionale de l'Emploi Territoriale de 2013 à "La mobilité professionnelle dans la FPT". Vous trouverez un document de synthèse et la reprise des interventions ci-après

 

Suivre l'actualité

  • Actualité juridique et statutaire

    Modification des taux de cotisation chomage

    Applicable à partir du 1er octobre.

  • Actualité juridique et statutaire

    Encadrement des emplois de collaborateur de cabinet

    Loi du 15/09/2017